Clé USB : évolution de ce support de stockage

Au creux de l’ère du numérique, le besoin de stocker des données se range parmi les nécessités absolues pour les utilisateurs de matériels informatiques comme les ordinateurs. .  Le support de stockage, tel qu’il a été inventé il y a des années, a été l’inspiration de chacun de  ses successeurs. L’apparition des clés USB manifeste bien cette évolution, non seulement en termes de simplicité d’emploi, mais également  concernant leur capacité.

Histoire de la création du périphérique

L’invention de l’Universal Serial Bus  remonte en 1990, dans un but révolutionnaire en ce qui concerne la rapidité et facilité de son utilisation, à l’instar des autres ports externes d’ordinateurs devenus moins performants. C’est en cette même année que la première clé USB a été conçue, un prototype très couteux, qui subira plus tard les ajustements nécessaires en vue de sa commercialisation dans les années 2000.  Au départ, les premières clés USB étaient reliées  par un câble au port USB. Les modèles miniaturisés à mémoire flash, plus faciles à manipuler dont le « ThumbDrive » et le « DiskOnKey » sont les œuvres des ingénieurs de la société Trek Technology et IBM.

La capacité fait la performance d’une clé USB

L’évolution de sa performance peut être constatée grâce à l’extension de sa capacité. De 8MB il y a 17 ans, puis déjà de 1 Go seulement un an après  leur  première apparition sur le marché,  la capacité de stockage des clés USB est allé jusqu’à 1 To en 2013, exploit  réalisé  par Kingston. Une clé USB peut contenir tout type de fichier si bien que la simple connexion au port USB d’un appareil  permet le balayage et l’identification des données suivant leur appartenance à  un type de fichier spécifique. Le stockage, le traitement, et notamment le déplacement des données dépendent en partie de cette capacité. En effet, la navigation d’un appareil vers un périphérique peut présenter certaines anomalies selon l’éventualité de la saturation de la clé. Il est tout aussi possible que l’appareil n’envoie  pas le message de saturation si bien que la réception de la totalité des données dans le périphérique pourrait s’interrompre.

La norme de la clé USB complète sa performance

Sortie en 1996, la première norme est la 1.0,  mais cette version n’a pas vraiment connu un grand succès du fait de certaines défaillances concernant les composants compatibles au port USB. Celle qui peut être qualifiée d’officielle première version, c’est  la 1.1, sortie en 1998. Celle-ci a deux vitesses de communication : le mode lent à 1,5 Mbits/s et le mode rapide de 12Mbits/s. Avec un débit théorique de 480Mbits/s, la deuxième norme sortie en avril 2000, est la norme USB 2.0. En 2005, cette norme a permis la réception d’Internet grâce au WI-FI. Baptisée le Wireless USB, cette norme a un débit de 400Mbits/s à une distance de 3m et 112 Mbits/s à 10 m. La norme 3.0, introduite en 2008, a un débit théorique de 1Gbits/s. La dernière version de cette norme est la 3.1, sortie en 2013,  avec un débit théorique de 10 Gbits/s.

A lire aussi : Où acheter un détecteur de faux billets professionnel