Quelle est l’utilité de fumer ses aliments ?

Les cordons-bleus utilisent différentes techniques de traitement des aliments. Une fois qu’ils ont réalisé que les viandes offrent des avantages intéressants si peu qu’ils sachent sélectionner le meilleur appareil ; dorénavant, la plupart optent pour le fumoir. Pourtant, quoique les façons de fumer les viandes et les poissons soient innombrables, toutes paraissent rentables. En outre, l’utilité de fumer ses aliments se rattache à l’avantage du fumoir. En fait, la fumaison s’avère très utile pour différentes raisons.

Pour plus d’infos utiles sur les fumoirs et leurs mode de fonctionnement, je vous conseille cette page dont je me suis inspirée pour écrire cet article.

La durabilité des aliments fumés

Le fumoir est un appareil idéal pour ceux qui s’initient à la technique de fumage. Parfois, il est obligatoire de fumer les aliments au cas où le cuisinier envisage de conserver ceux-ci, aussi s’il ne veut pas les consommer immédiatement après la préparation. Les viandes fumées peuvent être gardées plus longtemps avant d’être mangées. En général, les aliments, qu’il s’agit des viandes, des légumes ou des poissons, commencent à se décomposer lorsqu’ils sont laissés davantage hors de la machine électroménagère servant à les conserver au froid. Cependant, les amateurs de cuisine en ont marre d’utiliser cet appareil frigorifique pour la conservation de ses aliments. Bien que celui-ci semble capable de préserver les viandes et les poissons, il n’est pas tout à fait fiable et économique pour une longue durée de conservation. Donc, l’importance du fumage des aliments réside dans le fait que ces produits peuvent être préservés pendant une longue durée. Il s’avère impossible de conserver les viandes plus longtemps d’une façon optimale tant que le cuisinier n’adoptera pas un fumoir.

L’importance du salage

Ensuite, la préparation et le traitement avant le fumage importent beaucoup pour la qualité des aliments. Le cuisinier doit procéder au salage. Celui-ci est en quelque sorte un mode de traitement des bactéries. Cette méthode aboutit à la formation d’une croûte à la surface des aliments. Et, c’est cette enveloppe qui va servir à protéger les viandes contre les microbes. Au fait, lorsqu’il s’agit du fumage à chaud, la technique se fait à une température comprise entre 50 et 85 degré pour la destruction des micro-organismes. Cette opération est importante du fait que des organismes microscopiques se multiplient facilement dans les aliments crus tels que les viandes saignantes et bleues. De même, les aliments peu cuits sont des porteurs de microbes. En fait, l’humidité et l’eau comporte une condition favorable pour la prolifération des germes pathogènes. Ces microbes sont à l’origine de la corruption et du pourrissement des aliments. Par suite, il est déconseillé de les consommer parce qu’ils sont intoxiqués. Heureusement, le sel sert à prévenir cela.

En réalité, c’est le salage qui constitue la méthode antibactérienne. Cette première étape compose le traitement où le cuisinier utilise un produit naturel pour prévenir le développement des bactéries.  Pour cela, il lui faut utiliser 30 g de sel pour 1 kg de viande. Il est préférable de choisir le nitrite ou l’ester, lequel est un sel de l’acide nitreux, pour conserver la viande avec une belle couleur.  Cette sorte de sel est capable de supprimer l’activité bactériologique. Mais, avant de poser la viande dans le fumoir, il faut la rincer à l’eau froide pour enlever le goût trop salé.

A lire aussi : Quel est ton type de tableau magnétique